Effectuer une recherche sur le site

1. Import selon le type de donnée

La première étape est la détermination du type de ressource (image 1) :

  • série de données vecteur : ensemble de couches géographiques de type point, ligne ou polygone
  • série de données raster : ensemble de couches géographiques de type raster
  • série de données tabulaire : ensemble de tables
  • série de données MNT : modèles numériques de terrain
  • série de données par jointure : jointure dynamique entre des données et des tables de la base
  • série de données par dump PostGIS : ensemble de tables, séquences, contraintes, index d'une BD PostGIS

A l’exception de l’import par jointure – vue le module d’import propose plusieurs choix d’import de données (image 2) :

  • Téléverser et Sélectionner : Import d’une donnée à partir du poste local ou d’un serveur distant en base PostGIS (taille des fichiers est limité à 500Mo)
  • Sélectionner : Importer depuis le serveur Prodige une donnée déjà téléversée en base PostGIS
  • Ajout multiple à partir d’une archive (ZIP): importer une archive contenant plusieurs données

Le clic sur un des boutons ouvre selon le besoin soit l’explorateur de fichier du poste en local soit l’explorateur de fichier de la base PostGIS.

1.1 Importer une série de données vectorielle

Cette étape consiste à paramétrer l'import des données en base de données.

Sélectionner les fichiers, choisir éventuellement Données tabulaires avec coordonnées.

Cliquer sur Transférer, Sélectionner et Fermer.

L'application propose un certain nombre de paramétrages à vérifier, compléter ou modifier (image???)

Notes :
Mise à jour de la table PostGIS par rapport à la clé : La couche doit posséder la même structure (même nom des champs, même type de champs) que la table dans PostGIS.
Annulation et remplacement de la table PostGIS : La couche doit posséder la même structure (même nom des champs, même type de champs) que dans la table PostGIS. Tous les enregistrements sont supprimés puis l’import est fait à partir de la couche.

Si la table est constituée de données tabulaires avec coordonnées, il est nécessaire de préciser quels sont les champs correspondant aux coordonnées X et Y.

1.2 Importer un ensemble de séries de données

L'import d'un ensemble de série de données se fait par chargement d'un fichier archive au format ZIP.

Ce fichier doit contenir l'ensemble des ressources sur le premier niveau.

Chaque couche peut ensuite être paramétrée comme pour les séries de données vectorielles.

L'exécution de l'importation des données intègre l'ensemble des données en base de données et crée des métadonnées enfant pour chaque ressource en se basant sur le contenu de la métadonnée parente

1.3 Importer une série de données raster

Cette interface est similaire à l'interface d'import de données vectorielles.

Il est possible de choisir un fichier raster (formats gtiff, tiff, tif, ecw, tab, tfw).

Il est également possible depuis l'interface de réaliser un tuilage à partir d’un ensemble de dalles.

1.4 Importer une série de données tabulaires

Cette interface est similaire à l'interface d'import de données vectorielles.

Il est possible de choisir un fichier au format csv, ods, xls ou xlsx.

1.5 Importer une série de données MNT

Cette interface est similaire à l'interface d'import de données vectorielles.

Elle permet l'import de fichiers MNT aux format ASC ou XYZ.

Il est possible de choisir un ou plusieurs fichiers ou de sélectionner le répertoire dans son ensemble. La taille maximale autorisée par fichier est de 500 Mo.

Note : Ces données MNT ne peuvent être exploitées dans PRODIGE qu'en téléchargement (pas de paramétrage de représentation graphique par exemple)

 

1.6 Importer une série de données par jointure

Le principe est de créer une nouvelle donnée à importer par jointure de deux tables déjà déposées en base PostGIS.

Il faut, dans un premier temps nommer la jointure

Importation des données

.

Ensuite déterminer la couche de base des jointures. Il s'agit de la couche SIG de données géographiques sur laquelle s'appuieront toutes les jointures de la vue.

Création de la vue "jointure"

Ensuite paramétrer la jointure selon le même principe que celui d’un téléchargement de données par vue. Voir dans Prodige Catalogue/Consultation-téléchargement/Gestion du panier/2.2. Créer une vue avant téléchargement

Une jointure avec restriction crée une vue ne conservant que les objets géographiques ayant une occurrence dans la table jointe. La vue avec restriction correspond à une requête de type "INNER JOIN".

Une jointure sans restriction crée une vue conservant l'ensemble des objets géographiques de la couche. La vue sans restriction correspond à une requête de type "OUTER JOIN".

Note : Si la table jointe contient plus d'un enregistrement correspondant à un enregistrement de la couche, la jointure est alors une jointure 1:N. La vue créée répète les objets géographiques qui ont plus d'un enregistrement dans la table jointe.

Paramétrage de la jointure
  • Création d'un champ calculé

Cette fonctionnalité est accessible à partir du bouton Ajouter une champ calculé depuis l'interface de paramétrage des jointures.

Un champ calculé est défini par :

  • Un nom
  • Un type (entier, réel, texte, chaîne de caractères, booléen)
  • Une expression

L'expression peut-être saisie dans une zone de texte ou définie avec un assistant.

L'assistant présente d'un coté les champs de la vue et de l'autre des opérateurs arithmétiques ou logiques. Il suffit de double-cliquer sur un nom de champ ou sur un opérateur pour l'inscrire dans la zone de texte.

Valider vérifie et enregistre l'expression définie.
Annuler permet de retourner à l'interface de gestion de la vue.
Effacer réinitialise la zone de texte de l'expression.

  • Paramétrer la visibilité des champs

Paramétrer la visibilité des champs permet de choisir les champs à conserver dans la vue.

Il est possible de ne conserver qu'une partie des champs parmi ceux de la couche de base et des tables jointes.

Pour ce faire, il suffit de cocher/décocher la case "visible" située face à l'alias du champ.

  • Aperçu

Aperçu permet à tout moment d'obtenir un aperçu du contenu de la vue (15 premières lignes).

1.7 Importer une série de données par dump PostGIS

Depuis la version 4.1, Prodige permet l'import de fichier dump = .sql

Un nouveau type de données « Modèle relationnel » est présent dans la liste déroulante.

Choix du type Modèle relationnel lors de l'import
  • Format de fichier dump attendu

Le format attendu est un format dump contenant les instructions sql de version équivalente à la version postgres de PRODIGE (postgres 9.6 / postgis 2.3).

Le fichier dump doit contenir uniquement les éléments de création de structure de données et les données. Les créations de base de données, d'utilisateur et de tablespaces seront bannis à l'import.
L'encodage des données du dump doit être de l'UTF-8 :
SET client_encoding = 'UTF8';

Voici un exemple de commande d'export PostGIS permettant de générer un fichier au format compatible avec PRODIGE :
pg_dump --no-privileges --no-owner --no-tablespaces -Fc -E UTF8 Database > Database.dump

  • Import en mode création

Après le choix du type de données "modèle relationnel", téléverser et sélectionner le fichier dump (.sql)

Import données SIG

Le nom du nouveau schéma est automatiquement renseigné par celui indiqué dans le dump (.sql)

Les étapes d'import sont les suivantes :

  1. Transfert du fichier dump dans un espace temporaire
  2. Opération de listing du contenu du fichier dump
    1. si le fichier est invalide, un message est affiché, le fichier est supprimé
    2. si le fichier est valide, son contenu (tables, séquences, contraintes, index) est listé
  3. Lancement de l'import de tous ces éléments, en direct ou différé
Listing du contenu du dump PostGIS SQL

L'opération d'import du dump créé la structure attendue en base de données:

  1. En cas d'échec, le script est arrêté, la base reste dans son état initial.
  2. En cas de succès de l'import, les tables (de type géographiques et/ou tabulaires) sont associées à la ressource, les opérations annexes à l'import sont ensuite lancées :
    1. ajout de la date de validité dans la fiche de métadonnées,
    2. création des catalogues d'attributs.
  • Import en mode mise à jour

La mise à jour du modèle est globale à la ressource et consiste en réalité à un mode « annule et remplace » des données.

Elles sont précédées d'une suppression de l'ensemble des séquences, tables, contraintes et index liés au modèle.

Toute mise à jour de la structure du modèle initial est donc permise lors de la mise à jour avec les conséquences que cela peut avoir sur les cartes intégrant les données (reprise des cartes intégrant ces données).

  • Suppression

La suppression de la ressource supprime l'ensemble des tables, séquences, contraintes, index de la base de données.

  • Impact sur les cartes

La représentation par défaut de la ressource intègre l'ensemble des couches de données géographiques de la ressource.

Lors de l'ajout de la ressource dans les cartes, la représentation par défaut est ajoutée par défaut à l'ensemble des couches de la ressource.

  • Impact sur le téléchargement

Dès qu'une ressource de type « modèle » est ajoutée au panier, la page de téléchargement permet alors de choisir, de manière dissociée:

  1. des données vectorielles (dans le format vectoriel choisi)
  2. des données attributaires (dans le format tabulaire choisi).
  3. la ressource complète au format dump (export du modèle intégrant séquences, tables, contraintes, index).

Dans tous les cas, préférer l'exécution différée pour les gros volumes de données.